sécurité incendie

sécurité incendie

Nous sommes spécialisés à l’origine
dans la protection incendie des bâtiments
d’habitation. Nous intervenons aujourd’hui,
grâce à nos certifications, sur tous types
de bâtiments : habitations, tertiaire, industriels,
ERP/ERT.

accédez au site
dsfsdfds

actualités

Vérification Hydrodynamique des colonnes sèches

De l'importance du choix de son prestataire en matière de Sécurité Incendie :
le cas des colonnes sèches

Dispositif de lutte contre l'incendie, les colonnes sèches doivent être conformes
à la norme NF S 61-759.

Deux derniers amendements sont venus compléter et préciser les modalités
d'application de cette norme.

Le premier, sur lequel nous nous attardons ici, fixe les conditions d'essais en établissant
une distinction entre les essais hydrostatiques (à débit nul) et les essais hydrauliques
en régime d'écoulement.

Modalités de réalisation de l'essai hydrostatique :

Branchement au pied de l'immeuble et envoi d'eau en haut de colonne (essai dit "statique")
pour déceler la présence éventuelle de fuites ou défaillances sur une pièce constituante du réseau.

==> inconvénient : cette technique ne présage pas du bon état de la colonne sur toute sa longueur.

Modalités de réalisation de l'essai hydraulique en régime d'écoulement :

Vérification plus poussée à partir d’un branchement en haut de l’immeuble
(au point le plus « défavorable »), création d’un circuit fermé et test d’écoulement
avec un objectif de débit de 1.000 l/mn. Cette technique permet de déceler la présence
d'éventuels corps étrangers ou des réductions de passage dans la colonne.

==> inconvénient : cette technique nécessite la mise en oeuvre de moyens techniques élaborés
dont peu de prestataires disposent.

Ces deux types d’essais hydrostatiques et hydrauliques, complétés d’essais visuels du bon état général
de la colonne et du fonctionnement de ses organes (robinetterie, bouchons, signalisation,…)
sont désormais indissociables et réglementairement exigés, selon les périodicités suivantes :

  • Essai hydrostatique : annuel
  • Essai hydraulique en régime d’écoulement : quinquennal
  • Essai visuel : trimestriel

Les équipes d'intervention Sagex sont dotées de camions spécialement équipés pour ces interventions,
munis de pompes puissantes et de cuves permettant d'intervenir dans toutes les configurations.
Sagex dispose de plusieurs milliers de colonnes sèches sous contrat et a ainsi développé
au fil des années, une expertise dans ce domaine.
Aucune intervention n'est sous-traitée car Sagex, en sa qualité de spécialiste de la Sécurité Incendie,
met un point d'honneur à intégrer dans ses propres équipes formées, tous les savoir-faire
et moyens techniques nécessaires.

Ceci est valorisant pour nos équipes et rassurant pour nos nombreux clients qui nous font confiance.

Les portes coupe-feu comme moyen
déterminant de lutte contre les incendies

Rôle des portes coupe-feu selon la Règle R16 de l'A.P.S.A.D :
Une porte coupe-feu est un élément de construction utilisé pour lutter contre la propagation d’un incendie et protéger les personnes contre les fumées et les gaz toxiques. « Une des dispositions constructives qui permet de réduire l’ampleur des sinistres consiste à séparer physiquement deux activités ou à isoler une activité d’un stockage dangereux. Le compartimentage crée des obstacles verticaux ou horizontaux, empêchant ou ralentissant l’extension d’un incendie.

Arrêté de février 2013 (article 5) :

Dans les parties communes des bâtiments d'habitation de troisième et quatrième famille tels que définis à l'article 3 de l'arrêté du 31 janvier 1986 modifié susvisé, dont la demande de permis de construire ou de prorogation de permis de construire a été déposée avant le 5 mars 1987, des blocs-portes séparant les locaux poubelles des autres parties du bâtiment sont mis en place lorsque ces locaux ne s'ouvrent pas sur l'extérieur du bâtiment ou sur des coursives ouvertes. Ces blocs-portes sont coupe-feu de degré une demi-heure ou de classe EI 30 au moins.

Les portes sont munies de ferme-porte et s'ouvrent sans clé de l'intérieur, dans le sens de la sortie en venant de ces locaux.

Dans les bâtiments de troisième et quatrième famille, lorsqu'il n'existe pas de porte pour les escaliers mettant en communication les sous-sols et le reste du bâtiment, des blocs-portes sont installés. Ces blocs-portes sont coupe-feu de degré une demi-heure ou de classe EI 30 au moins. Les portes des blocs-portes sont munies de ferme-porte et s'ouvrent sans clé de l'intérieur, dans le sens de la sortie en venant de ces locaux.

80% du parc de portes coupe feu actuel est estimé présenter des non conformités
pouvant impacter un non fonctionnement partiel ou total :

  • Raisons principales : Mauvaise installation, équipements inadaptés, jeux fonctionnels
    spacertrop importants, murs inadaptés, portes « bricolées ! », réparations aléatoires etc…,
  • Autre estimation : Seulement 30% du parc existant serait actuellement maintenu,
    spaceret sur ces 30% seulement la moitié par des professionnels « compétents » cf. définition NF S 61-933,

En résumé :
Les portes coupe-feu est pare-flammes jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la propagation de l’incendie en permettant le compartimentage. Pour cela elles doivent être en parfait état de fonctionnement, outre la maintenance de ces équipements, SAGEX propose leur remise en état et leur remplacement. Pour ce faire, SAGEX met à la disposition de ses clients son expertise dans ce domaine ainsi que la réactivité qu'offre son atelier dédié et ses propres menuisiers.

Mieux comprendre les installations de colonnes sèches

1°) Qu’est ce qu’ une colonne sèche ?
Moyen de lutte incendie à la disposition des sapeurs pompiers pour y raccorder leurs tuyaux.

2°) Où trouve t-on généralement les colonnes sèches ?
Dans des étages dont le plancher bas est à plus de 18 mètres de la voie accessible
aux engins des sapeurs pompiers.

3°) Où sont elles obligatoires ?
Dans les escaliers de secours des immeubles de 3ème famille B et 4ème famille
et dans les parkings de plus de 4 niveaux en hyper structure et 3 niveaux en infra structure.

4°) Quels sont les différents types de maintenance et à quelles fréquences s’opèrent ils ?
Vérification statique : 1 fois par an
Vérification dynamique : 1 fois tous les 5 ans

5°) En quoi consiste la vérification quinquennale ?
Il s’agit d’un vérification dynamique avec contrôle de débit à la dernière prise,
mise en pression 25 bars.

6°) Le rôle de l’antivol ?
Éviter que les robinets soient volées ( ce système n’évite pas le vandalisme des bouchons).

7°) Pourquoi dit on d’une colonne qu’elle est « sèche » ou « humide » ?
L’une est en charge, l’autre non.

8°) A qui doit on signaler systématiquement l’indisponibilité d’une colonne sèche ?
A la BSPP (Brigade de sapeurs pompiers de Paris).

9°) Qu’est ce qu’un anti-bélier ?
C’est un dispositif destiné à amortir l’onde de choc provoqué par la fermeture rapide
d’un robinet ou d’une vanne.

10°) Quel est le potentiel en terme de maintenance quinquennale sur le portefeuille actuel de SAGEX ?
700 colonnes de notre parc sont concernées par la vérification quinquennale.

VÉRIFICATION ANNUELLE SELON NF S 61-759

  • Contrôle visuel
  • bon état général des parties visibles et accessibles des installations
  • présence de tous les éléments (bouchons, prises, fixations, anti-bélier …)
  • libre accès aux raccords d'alimentation et aux prises incendie
  • manœuvre des vannes
  • présence de la signalisation obligatoire
  • Essai hydrostatique
  • mise en eau de la colonne
  • essai hydrostatique à 16 bar pendant 20 mn
  • constat de fuites éventuelles ou de défaillance de pièces
  • vidange de la colonne
  • plombage des vannes